Les projets de Cancer de l’ovaire Canada couvrent l’ensemble du continuum de recherche, du laboratoire au chevet des patientes.

Ils comprennent le développement d’outils pour faciliter l’étude de cette maladie, permettre la mise à l’essai de traitements novateurs et lancer des essais cliniques pour des patientes admissibles. Les chercheurs commencent à fournir des résultats préliminaires pour déterminer les prochaines étapes et établir les orientations futures.

Modèles de recherche sur le cancer de l’ovaire

Les projets financés portant sur des modèles de recherche sur le cancer de l’ovaire ouvriront la voie à des découvertes à venir pour le diagnostic, la prévention et le traitement de tous les types de cancer de l’ovaire. Notre objectif est d’établir un ensemble de référence de modèles de recherche sur le cancer de l’ovaire qui sera mis à la disposition de la communauté canadienne de recherche sur le cancer de l’ovaire afin de lui permettre d’en apprendre davantage sur la façon dont tous les types de cancer de l’ovaire commencent, progressent et pourront un jour être arrêtés. Pour y arriver, un groupe pancanadien de scientifiques possédant une expertise pertinente s’est réuni pour participer à un processus de prise de décision particulièrement collaboratif afin de déterminer comment bâtir le coffre à outils nécessaire pour propulser les découvertes scientifiques sur tous les types de cancer de l’ovaire.

Mise à l’essai de traitements novateurs dans le cadre d’études précliniques

Cancer de l’ovaire Canada finance des recherches axées sur les essais précliniques de traitements potentiels dans des modèles de recherche très représentatifs pour identifier et tester des stratégies de traitement novatrices dans les principaux laboratoires, afin que des options nouvelles et meilleures puissent passer à l’étape des essais cliniques.

Jusqu’à maintenant, nous avons financé 13 études précliniques de qualité supérieure en partenariat avec l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie – Commercialisation de la recherche (IRICoR) et la Société de recherche sur le cancer. Cela comprend cinq projets consacrés au développement de nouveaux traitements efficaces pour les personnes atteintes de types de cancer de l’ovaire moins courants, et le soutien d’un chercheur en début de carrière pour investir dans l’avenir de la recherche sur le cancer de l’ovaire. Les patientes ont joué un rôle essentiel dans la sélection des traitements les plus prometteurs à financer dans ce domaine prioritaire.

Faire progresser les essais cliniques en adoptant une approche de médecine personnalisée

En finançant des essais cliniques en phase précoce, nous mettons les nouveaux traitements les plus prometteurs à la disposition des personnes atteintes du cancer de l’ovaire. Notre objectif est de financer des études de portée nationale, qui misent sur les travaux effectués au Canada, étudient les échantillons recueillis dans le cadre d’essais cliniques, dans la mesure du possible, impliquent une participation significative des patientes et ont le potentiel d’avoir un impact important.

Les essais cliniques financés par Cancer de l’ovaire Canada, en collaboration avec ses partenaires, comprennent :

L’essai NEO

Dirigé par les Drs Amit Oza et Stephanie Lheureux à Toronto, cet essai étudie l’impact de l’utilisation d’un inhibiteur PARP avant l’intervention chirurgicale chez les personnes atteintes d’une récidive de cancer de l’ovaire séreux de haut degré de malignité sensible au platine. Il est effectué dans cinq sites au Canada, en Ontario, au Québec et en Alberta, 44 patientes ont été recrutées et l’analyse des échantillons de tumeurs est en cours.

L’essai CX5461

Dirigé par le Dr Amit Oza à Toronto, cet essai teste un nouveau petit inhibiteur moléculaire chez des patientes qui ont développé une résistance aux inhibiteurs PARP. Cet essai est en cours au centre Princess Margaret à Toronto et au CHUM à Montréal et vise à recruter jusqu’à 30 personnes atteintes de n’importe quel type de cancer de l’ovaire.

Essai sur les biomarqueurs

The Molecular Evaluation of MEK\ER Response in LGSCs: A Clinical-Translational Study dirigée par la Dre Anna Tinker, oncologue médicale chez B.C. Cancer, est une étude nationale visant à améliorer la compréhension des biomarqueurs qui prédisent comment les patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire séreux de bas grade réagiront à deux traitements utilisés couramment.

L’étude NEOCATS

The Neoadjuvant Olaparib Combination Ovarian Cancer Targeted Study (NEOCATS), dirigée par la Dre Yvette Drew, oncologue médicale chez B.C. Cancer, vise à améliorer le pronostic par un programme de traitement qui associe l’inhibiteur PARP Olaparib et le traitement d’immunothérapie Durvalumab avec Bevacizumab, un médicament qui bloque et entrave la vascularisation du cancer.

L’essai ES2

Dirigé par la Drs Diane Provencher de Montréal et Helen MacKay de Toronto, cet essai étudiera l’impact de l’utilisation d’un inhibiteur PARP en combinaison avec un autre médicament qui déclenche le processus de mort programmée (ou « apoptose ») des cellules tumorales. Cet essai devrait commencer bientôt, et recrutera 30 personnes atteintes d’un cancer de l’ovaire séreux de haut degré de malignité dans trois sites au Canada.

L’essai REVOLVE

Dirigé par la Dre Stephanie Lheureux à Toronto, cet essai représente vraiment la « médecine personnalisée en action ». Cet essai est en cours au Centre du cancer Princess Margaret, et fera appel à l’analyse génomique des échantillons de tumeurs pour déterminer le meilleur traitement à utiliser pour les patientes qui ont développé une résistance aux inhibiteurs PARP. Jusqu’à 100 patientes atteintes d’une récidive de cancer de l’ovaire séreux ou endométrioïde de haut degré de malignité seront recrutées dans neuf sites dans l’ensemble du pays.

Découvrez l'impact de nos recherches

Notre impact